III- ) les moyens de faire baisser le taux de dioxyde de carbone dans l'air

1) la réduction des émissions de dioxyde de carbone

b) la réduction de l'utilisation des énergies polluantes pour d'autres sources d'énergies

i) les énergies actuelles qui produisent du dioxyde de carbone

- Charbon et pétrole

torchère

Le charbon est le combustible fossile le plus courant et le moins cher. Il est donc évident que l'exploitation du charbon ne cessera de se développer, surtout dans les pays en développement qui disposent de gisements importants. Près d'un tiers de l'électricité est produite dans le monde à partir de charbon. Selon le scénario du " laisser-faire ", ce chiffre devrait augmenter de 3% par an et les autres utilisations du charbon de 1,5% par an. Environ 40% de l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone dans le monde, pendant la période 1990-2010, seront dus au développement de l'exploitation du charbon.

Vers 1960, le pétrole a supplanté le charbon comme première source d'énergie. La moitié du pétrole est consommé dans les transports et 10% pour la production d'électricité. Les centrales au fioul rejettent un peu moins de dioxyde de carbone, mais leurs émissions de particules fines sont équivalentes à celles des centrales au charbon. Selon le scénario du " laisser-faire ", l'augmentation de la consommation de pétrole devrait être de 2% par an, essentiellement en raison de la circulation automobile.

Grâce aux progrès de la technologie, le rendement des nouvelles centrales électriques n'a cessé de s'améliorer et leurs émissions de dioxyde de carbone ont diminué. La modernisation des vieilles installations permet de réduire considérablement les émissions, leur rendement devant passer de 30% en règle générale à 45% dans un proche avenir. Comme le cycle de vie des centrales électriques s'étend sur des dizaines d'années, la réduction des émissions de dioxyde de carbone que permet leur modernisation prendra du temps.

A l'avenir, le rendement des centrales au charbon pourrait atteindre 50%. Les recherches portent sur la gazéification du charbon ou sur les technologies propres du charbon, qui peuvent offrir des rendements encore plus élevés, mais l'application commerciale de ces procédés n'est pas encore réalisée.

- Le gaz naturel

La part occupée par le gaz naturel dans la production mondiale d'énergie se rapproche de celle du pétrole. Une centrale électrique au gaz rejette près de deux fois moins de dioxyde de carbone qu'une centrale au charbon. Les nouvelles installations modernes ont un rendement de 60% et rejettent comparativement moins de dioxyde de carbone. Elles tirent parti des progrès réalisés dans le domaine de la technologie des matériaux. Le remplacement d'une centrale au charbon ou au fioul par une centrale au gaz naturel permet à lui seul de réduire les émissions de dioxyde de carbone. En attendant, la demande d'électricité ne cesse de croître. L'énergie fournie par le gaz naturel devrait augmenter chaque année de 4% dans le monde et de près de 6% dans les pays de l'OCDE. Pour la période 1990-2010, 40% de l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone prévue dans les pays de l'OCDE seront dus au développement de l'exploitation du gaz naturel.

retour suivant